:: Administration :: Recueil :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

THE EMPRESS ♦ MEDEA

avatar
Personnage illustrateur : Camilla - Fire Emblem Fates
Messages : 259

Impératrice Boobzilla
Voir le profil de l'utilisateur




Medea D. R. Saltarelli
Impératrice Boobzilla
Ven 22 Juil - 23:47
MEDEA D. R. SALTARELLI
Âge : 31 ans
Métier : Impératrice d'Aelius
Nation : Aelius
Poids : 60kg
Taille : 1m75
Orientation sexuelle : Pansexuelle

Abilités : Elle sait manier toute sorte d'arme mais utilise une épée transmise de génération en génération, ainsi qu'une hache

Marque :
Signe(s) distinctif(s) : Elle a une tâche de naissance sur le coude et une cicatrice dans le dos
Rumeurs : L'Impératrice est vue comme une figure presque divine à Aelius, aimée et chérie par une majorité d'habitants. Elle fait tout pour le bien de son pays et agit seulement pour la bonne cause...
brutale
sanguinaire
séductrice
aime son peuple
autoritaire
impulsive
attirante
dérangée
manipulatrice
observatrice
réfléchie
sang chaud
Caractère : Medea n'est pas quelqu'un sur qui on peut compter. Malgré son air doux, elle glacerait le sang à n'importe quel habitant passant sur son chemin. C'est une femme redoutable, manipulatrice et calculatrice qui n'hésitera pas à user de son pouvoir et de ses mensonges pour arriver à ses fins.

Hormis son caractère orné de défauts qui font ses qualités en tant qu'Impératrice, Medea choisit qui est intéressant ou non à ses yeux. Si vous avez la chance - ou la malchance - de l'être, elle n'hésitera pas à vous aborder, vous dorloter et s'amuser à vous faire perdre la raison et tout sang-froid. Cela ne marche évidemment pas sur tout le monde, mais elle n'en restera pas perturbée pour autant.

La jeune femme est également très libertine ; il est fréquent que son lit royal soit accompagné d'un homme ou d'une femme s'y aventurant pour la nuit. Cependant, Medea a une vision de l'amour archaïque et traumatisante ; la seule personne à qui elle accorde ses sentiments est à son frère Alfio. Medea est mystérieuse et ne manquera jamais d'intriguer les Hypériens.
Histoire :  THÈME MUSICAL ♦ Medea's Heart ♦

 - « Medea Dircé Rhéa Saltarelli, première enfant de Loris et Dircé Saltarelli. Je vous nomme Impératrice de l'Empire d'Aelius, Reine des Premiers Hommes et Souveraine Sacrée ; sacrée par notre Dieu et votre peuple. »

Voilà dix ans que cette douce enfant est devenue le pilier de notre peuple. Dix ans qu'elle succède à son père et tente d'agir de la meilleure façon qui soit afin de ne pas le décevoir.

Je sais que notre bon Loris a toujours été un exemple pour elle. Parmi les trois enfants que lui et Reine Dircé ont mis au monde, elle était celle représentant le plus de potentiel à ses yeux. Dès son jeune âge, elle aimait jouer à se battre avec des épées en jouet, mener les jeux et avait un réel esprit de meneuse - même si elle était quelque fois trop turbulente, je m'autorisais à la sermonner lorsque cela arrivait. Je respectais la famille Saltarelli de tout mon coeur, m'étant occupé de Medea mais également d'Alfio et de Vorona - durant un temps plus court pour celle-ci, cela dit - mais je ressentais une grande frayeur pour le futur de cette petite. Mon souhait le plus cher était qu'elle ne devienne pas comme son père, froid, arrogant et bien trop tyrannique, ni comme sa mère qui ne cessait de geindre et de venir dorloter ses enfants quand elle avait trop besoin d'amour. Seule à seule, mes discussions avec Dircé pouvaient cependant devenir très enrichissantes, mais les Saltarelli ont toujours eu un don pour l'excentricité, la violence et le dérangement psychologique.

J'étais si heureuse avec cette ambition d'élever Medea du mieux que je pouvais. Chaque soir, je lui brossais les cheveux en lui racontant des récits divins, dont la fameuse mythologie entre Raijin et Chi, la déesse interdite en ces murs. Medea répétait sans cesse ce que ses parents lui dictaient sur sa réputation, mais je tentais de l'amener à une certaine ouverture d'esprit.

- « Père me dit toujours que Chi est horrible et qu'elle mérite ce que notre Dieu lui a fait.
- Et crois-tu ce qu'il dit ? Qu'est-ce que toi tu en penses, Medea ?
- Mh... Je pense que l'un ou l'autre était destiné à souffrir un jour, de toute façon. À quoi bon lutter quand nous savons que nous allons tous mourir ? »

Ces paroles furent déterminantes et choquantes pour moi. À son jeune âge, Medea avait déjà une certaine réflexion bien trop terrifiante pour une petite fille. Elle avait bien moins peur de la mort qu'une vieille nourrice comme moi. Je ne pouvais faire obstacle dans son destin. Je sentais mon but s'assombrir et s'éloigner chaque jour. Et vint le jour où Vorona naquit, tuant Dircé durant l'accouchement. Une lueur d'espoir s'était installée en moi alors que le deuil pesait au palais d'Améthyste : Medea m'avait promis de s'occuper de sa petite soeur comme une véritable mère d'une lueur incroyable dans ses yeux, inspirant l'espoir. Rien n'était encore perdu, et Alfio restait toujours collé aux chaussettes de son aînée. Je voyais en ces trois têtes violettes un tournant possible après le coeur de glace de Loris.

Or, les choses se sont empirées. Tout arrive pour une raison. Nous ne pouvons modifier ce que les Dieux ont prévu pour nous. Medea, arrivant à l'adolescence, arborait une certaine ouverture d'esprit et ne haïssait pas forcément les mages comme son tendre père. Elle l'aimait plus que tout, mais elle rencontra quelqu'un d'autre qui lui vola son amour. Quelqu'un qui changea le restant de sa vie. Je pense que Medea ne pourra prononcer le mot « aimer » qu'à son frère désormais. Ma petite a tourné le dos à tous ceux qui tenaient à elle hormis lui. Même à Vorona. Même à moi. Après la mort brutale de l'Empereur Loris peu après les onze ans de la cadette, le véritable changement de celle que j'ai élevé s'est confirmé. Je n'ai rien pu changer. Sa soif de vengeance envers Mukesha, sa froideur familiale, sa soif de sang, d'amour de son peuple et de pouvoir avaient pris le dessus sur tout le reste. Comment ne pas sombrer avec le passé d'un Saltarelli ? J'avais beau connaître les secrets de famille, m'être occupé de ces trois têtes violettes une grande partie de ma vie, Medea me bannit rapidement peu après son couronnement. Une lueur d'humanité s'était peut-être épris de son coeur au moment de sa décision puisqu'elle n'y revint pas dessus et ne m'offrit aucun autre mot. Avant de m'en aller, je ne dis que simplement :

- « Tu ne ressembles pas à ton père. »

Pseudonyme : Rhéa
Âge : 18
Commentaires : bonjour.
Revenir en haut Aller en bas
THE EMPRESS ♦ MEDEA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» AMIRAUTÉ ALGER
» O.Médéa : M C Saida ( Résultat )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HYPERION :: Administration :: Recueil :: Présentations validées-
Sauter vers: