:: Empire Aelius :: Casalta :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ephrem + conceal, don't feel, don't let them know.

avatar
Pouvoir : illusioniste avec une multitude de désagréments.
Personnage illustrateur : natalia luzu kimlasca-lanvaldear (tales of the abyss).
Messages : 36

The Outsider
Voir le profil de l'utilisateur




Syanna Delbray
The Outsider
Jeu 10 Nov - 23:23
conceal, don't feel, don't let them know
ephrem & syanna

Parfois, la vie à Casalta devenait on ne peut plus difficile. Il fallait dire que tout était différent dans ce grand empire et il n’était pas toujours aisée d’être constamment une étrangère. Certes, depuis les quelques années qu’elle était en poste, Syanna avait su s’accommoder de cette réalité. Elle avait su apprécier Aelius et le faisait toujours - peu importait les rumeurs au sujet de son affection grandissante pour cette nation - mais ça n’empêchait pas des relents de mélancolies de venir s’installer en sa personne. Melqart lui manquait, ses parents lui manquaient, mais surtout la magie lui manquait. Après tout, elle pouvait s’entretenir avec des mages de sa nation, elle pouvait envoyer des courriers à ses parents pour avoir de leurs nouvelles, même qu’elle avait Mircée pour lui parler de Melqart. Et pourtant, la magie, cette part importante de sa vie restait toujours hors de portée. Y penser était une chose, en parler en était une autre, mais la pratiquer en était toute une autre. Seulement, dans cette nation particulière qui ne démontrait pas d’ouverture en la matière, utiliser ton don serait on ne peut plus risqué. La dernière visite qu’elle avait fait à l’inquisition n’aidait sans doute pas sa cause, insulter presque ouvertement un inquisiteur devait sans doute relever de la folie, mais elle n’avait pas pu s’en empêcher.

Cette visite était d’ailleurs la source de la mauvaise humeur qui l’envahissait à cet instant précis. Les dangers que couraient les mages à Casalta restait une réalité. Bien sur, Syanna elle-même n’avait que très peu à craindre. Son statut d’ambassadrice la protégeait de bien des malheurs, notamment celui d’être inquiétée de son seul statut de mage. Elle supposait que ce n’était pas une protection complète et que dans des hypothèses cette immunité pourrait lui être retirée, mais ça lui assurait tout de même une certaine tranquillité d’esprit. Après tout, s’en prendre à une diplomate n’était jamais bien bon pour les rapports entre les nations. C’était sans doute pour cette unique raison qu’on lui laissait une certaine liberté malgré sa qualité de mage (enfin ça et le fait qu’elle n’avait pas un don particulièrement dangereux ou même voyant). Une liberté dont elle profitait à bon escient la grande majorité du temps, mais pas cette fois. En effet, la jeune ambassadrice avait plutôt besoin de se réconforter et à défaut de pouvoir se tourner réellement vers quelqu’un (Valerio étant fugitif et Micée étant hors de la capitale), elle avait décidé de se tourner vers ce qui lui était le plus familier : son don. Il était rare qu’elle s’en serve en dehors de ses quartiers, après tout cela relèverait d’une envie de causer des problèmes. Cette fois, c’était différent, pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas envie de se cacher - une des raisons du malêtre qu’elle pouvait ressentir à Aelius. C’était donc pour cette raison qu’elle se trouvait dans les quartiers d’habitations sans être dans son domicile. Elle avait choisi un petit coin un peu plus reculé, un endroit où il ne semblait pas y avoir de public. Au-delà de la nécessité de ne pas créer d’émoi, il était aussi important qu’elle soit seule pour ne pas se vider trop de son énergie.
C’est donc assise sur un banc dans ce qui devait être un petit square que Syanna se décida à user de son don. Elle commença simplement en faisant apparaitre des petits volatiles, puis quelques bestioles dont un manticore. Elle n’avait aucun intérêt pour la créature, seulement, c’était quelque chose qu’on retrouvait à Melqart et c’était bien ce qu’elle recherchait à quelque part.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnage illustrateur : Yuichiro Hyakuya - Owari no Seraph
Messages : 37

Age : 21
Empire d'Aelius
Voir le profil de l'utilisateur




Ephrem Niev
Empire d'Aelius
Lun 14 Nov - 20:56















Conceal, don't feel, don't let them know
Ft Syanna





Le jeune homme avançait d'un pas tranquille dans les rues de Casalta. Vêtu de la tenue de l'Inquisition, puisqu'il était en service, il arpentait les diverses habitations de la ville. Encore une de ces rondes qu'il ne trouvait pas vraiment fructueuses. Enfin, il en allait de la sécurité des habitants de la ville, de vérifier que tout allait bien, et qu'aucun mage ne dépassait les bornes. Arpenter les rues de la ville avait quelque chose de beau, en quelque sorte. Ephrem appréciait ces rondes, c'était bien mieux que de rester enfermer dans les bâtiments de l'Inquisition pour faire des rondes le long des cellules et finir par avoir l'impression de tourner en rond. En ville, c'était bien plus vivant, et en ville, il pouvait même avoir un œil sur les habitants, et pouvoir les aider lorsqu'ils en avaient besoin. Voir des sourires sur les visages des passants, c'était ce qu'il aimait le plus, et c'était pour cela qu'il avait choisi ce métier.

Mais... Il fallait dire que les mages ne se montraient pas vraiment. En même temps, cela faisait bien longtemps que la capitale aelienne avait fait sa réputation de la cité la plus sévère concernant le sort des mages. C'était tout aussi logique que les quelques mages que lui ou ses compagnons soldats croisaient s'avéraient aussi être des mages qui étaient déjà connus des services... Comme cette stupide, écœurante et terrifiante dragonne, qui se promenait librement un peu partout et qu'il avait vraiment envie de l'enfermer, celle là. Après tous les problèmes que ces bêtes de foires avaient généré, il se demandait comment cela se faisait que l'on puisse les laisser vivre aussi librement, aussi simplement. Et il se rendait compte que, même après avoir choisi de joindre l'Inquisition, il se retrouvait toujours impuissant face à ces erreurs de la nature.

A un moment, son regard se tourna vers un banc, un peu plus loin. Une femme y était assise, seule, une citoyenne comme les autres, en somme. Il jeta un bref coup d'oeil au square en demeurant en retrait. L'endroit était vide et silencieux, et il n'y avait pas l'air d'y avoir grand chose à faire. Il jeta un dernier coup d'oeil, passant par le banc et la femme, apercevant du coin de l'oeil un oiseau qui jaillissait de nulle part... Un oiseau ? Il n'avait même pas entendu ses battements d'ailes. Ephrem braqua son regard vers l'inconnue. Elle n'était pas une citoyenne comme les autres. Des oiseaux apparaissaient comme un mirage autour d'elle, suivis d'autres petits animaux. Tout cela, tout cela arrivait comme par... Magie ! Pas de doute, il faisait bel et bien face à l'une de ces horreurs. Elle ne l'avait pas encore remarqué, et il en profita le temps de calmer cette peur qui était toujours tapie au fond de lui et qu'il sentait remonter quand il voyait un mage. Il ne devait pas montrer cette facette de sa personnalité, il ne montrerait que cette colère qui l'habitait depuis des années.

Il approcha finalement la femme, la tête haute, la main posée sur le pommeau de sa lame, une expression sévère habitant les traits de son visage. Le soldat s'arrêta finalement à une distance raisonnable de la blonde, ne sachant pas quel était la nature de son don ni même ce dont elle était capable. Les mages étaient capables du pire, les mages n'avaient pas conscience du danger qu'ils étaient, ils étaient en capacité d'ôter des vies s'ils le désiraient.

-Madame, sachez que la pratique de la magie est interdite en territoire aélien.

Procédure habituelle, informer les accusés qu'ils étaient en pleine faute, c'était ainsi que l'on s'y prenait. L'Inquisition était sévère, mais elle n'était pas remplie de brutes.

-Je vais donc vous demander de bien vouloir me suivre.

Il termina sa phrase en resserrant sa prise sur le pommeau de son épée. Il devait rester sur ses gardes, ces mages pouvaient avoir la tête dure et être coriaces, après tout.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pouvoir : illusioniste avec une multitude de désagréments.
Personnage illustrateur : natalia luzu kimlasca-lanvaldear (tales of the abyss).
Messages : 36

The Outsider
Voir le profil de l'utilisateur




Syanna Delbray
The Outsider
Sam 26 Nov - 22:00
conceal, don't feel, don't let them know
ephrem & syanna

Depuis longtemps, Syanna s’était considérée comme quelqu’un de chanceux. L’opportunité d’être à Aelius était l’une des raisons en soit. Du moins ce l’était de base, il était nettement plus difficile d’apprécier le tout quand son moral tournait au plus bas. C’était le cas présent et sans doute que ça expliquait pourquoi elle ne se sentait pas si chanceuse. Toujours en est-il qu’en temps normal, son optimisme prenait aisément le déçu vis-à-vis de toute réticence en la matière Pour autant, au-delà des évidentes difficultés d’adaptation et du moral dans les chaussettes, la jeune ambassadrice était loin d’avoir prévu la suite. Elle était loin de se douter de la malchance qui allait lui tomber dessus.
Pour autant, elle le réalisa assez rapidement lorsqu’une voix s’éleva non loin d’elle pour lui souligner quelque chose qu’elle savait déjà. La pratique de la magie est interdite ? Vraiment. Une partie de sa personne lui criait de faire savoir à l’inconnu qu’elle connaissait déjà cette règle complètement idiote. Oh comme elle avait envie de crier à quel point cette interdiction l’horripilait au plus haut point. C’était bien la raison de son malheur, des sentiments nostalgiques qui l’envahissaient par moment. Sauf qu’elle était parfaitement consciente du fait que de tels propos seraient d’une inutilité totale vis-à-vis d’un interlocuteur qu’elle supposait borné. À la place, la jeune femme commença par faire disparaitre promptement les illusions qu’elle avait fait naitre autour d’elle. Sans doute que quelques moments de plus auraient suffit à lui remonter le moral de façon suffisante. Ce n’était malheureusement plus une option maintenant qu’elle avait été repérée. Soupirant légèrement, elle se redressa pour faire face à son adversaire. Elle fut surprise de trouver un jeune homme fort peu menaçant devant elle. Bien sur il avait une épée, difficile de ne pas le remarquer alors qu’il gardait une main sur le pommeau. « Laissez-moi deviner. L’inquisition ? » Parce qu’il fallait bien qu’elle soit malchanceuse à ce point. Sinon ce ne serait pas drôle après tout.

Le jeune homme reprit la parole pour lui indiquer qu’elle devait à présent le suivre. D’un côté elle n’avait pas spécialement envie de résister à cette intervention, elle savait, après tout que ça ne l’aiderait aucunement. De l’autre côté, elle n’avait aucune envie, voir même de raison de le suivre. Son statut d’ambassadrice lui offrait une certaine protection. Elle supposait que c’était suffisant pour la tirer de cet embarras, surtout qu’elle avait obtenu le poste en connaissance de cause. Bien sur, cela causerait sans doute des problèmes et le gouvernement de Melqart serait assurément sur son dos, mais… « Je ne pense pas non. » Elle ne voulait pas le repousser complètement. Elle ne voulait pas qu’il s’énerve. D’autant plus qu’au-delà de la protection diplomatique à laquelle elle avait droit, elle ne se sentait définitivement pas apte à offrir une quelconque résistance digne de ce nom. Sa présence, bien que cachée jusqu’à ce qu’il prenne la parole, l’avait épuisé. Maintenir une illusion devant public était toujours plus ardu et ça l’épuisait à une vitesse phénoménale. « Je ne pense pas que vous avez une preuve de quoi que ce soit ici. » C’était bien là l’avantage des illusions. Elles étaient insaisissables, filantes. Ce n’était pas comme le feu ou la terre : quelque chose qui pouvait laisser des traces. Pour une fois, elle appréciait réellement le don qu’on lui avait donné. Elle pouvait au moins faire semblant qu’il avait imaginé quelque chose, peut-être que ça lui permettrait de limiter les dégâts.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnage illustrateur : Yuichiro Hyakuya - Owari no Seraph
Messages : 37

Age : 21
Empire d'Aelius
Voir le profil de l'utilisateur




Ephrem Niev
Empire d'Aelius
Jeu 12 Jan - 17:03















Conceal, don't feel, don't let them know



La jeune femme ne sembla pas le moins du monde surprise de sa présence. Devait-il s’en étonner ? A quoi bon. Le comportement des mages n’était pas surprenant, au fond. Ils étaient tous les mêmes, ils se sentaient être en capacité de dominer tout et tout le monde en usant de leurs terribles malédictions, et Ephrem était persuadé que, si l’Inquisition n’avait pas existé, le monde ne serait qu’une anarchie, un chao sans fin mené par une magie sans foi ni loi, destructrice et profitant des plus faibles. Et il était fier de pouvoir arborer cet uniforme qui intimidait les plus fourbes et fébriles d’entre eux, de pouvoir montrer qu’il y avait toujours une représentation de la sécurité et de la justice pour faire barrage à leurs désirs les plus dévastateurs. Il fut encore moins surpris de voir la jeune femme se levait pour lui faire face, le défiant du regard, comme si cette autorité qu’il représentait n’était que de pacotille, comme si elle était aussi fragile qu’un bout de papier déjà effrité.

-Exact.

Ce mot suffisait amplement à répondre à sa question. Même si la colère – et la peur aussi – grandissait en lui, il préférait garder un air et un regard qui se voulaient neutres dans la mesure du possible, continuant de feindre l’impartialité alors qu’il ne désirait qu’une seule et unique chose, c’était de la voir au moins derrière des barreaux, dans une cellule. Et s’il poussait ses envies plus loin encore, il aimerait même la voir exécutée, bien qu’il ne la connaissait même pas. Parce qu’un mage était toujours le pire des dangers selon lui. La réponse à sa demande fut négative. C’était tordu ou malsain, mais il avait attendu depuis qu’il avait choisi la voie de l’Inquisition de quelqu’un se rebute ainsi. Oui, il voulait que ça ne soit pas lui qui fasse le mauvais pas, mais que ça soit l’autre qui s’en charge, pour donner plus de légitimité à ses actes, pour l’enfoncer encore plus bas. Mais la jeune femme ne semblait pas démontrer d’hostilité, même si elle refusait d’obtempérer face à un inquisiteur, même s’il n’était encore qu’un soldat. Plutôt que de laisser le flot de colère et de haine qu’il contenait pas seulement depuis quelques instants mais bel et bien depuis de longues années le submerger, il demeura calme, la laissant continuer de parler.

Voilà qu’elle lui déclarait clairement qu’elle avait effacé les preuves de ses actes. S’il n’avait pas travaillé la maîtrise de son calme et de son sang froid au cours de ses années d’apprentissage, sûrement aurait-il brandi son épée pour mettre définitivement fin à cette mascarade. Si elle voulait jouer aux plus malins, elle ne s’en sortirait pas comme ça. Il aurait même été plus intelligent qu’elle se taise et le suive comme il lui avait demandé avant. Gardant cette voix toujours neutre et professionnelle, il poursuivit sans se laisser déstabiliser par l’impertinente mage.

-Vous ne vous soumettez pas à la loi et vous ne respectez pas un représentant de l’Inquisition. Savez-vous que cela pourrait devenir fort désavantageux pour vous ?

Nouvel avertissement. Indirectement, il la jaugeait, il désirait qu’elle sorte de ses gonds, qu’elle explose, qu’elle démontre toute l’horreur dont sa race pouvait faire preuve, pour qu’il puisse regarder dans le blanc des yeux la véritable face de cette magie qu’il exécrait tant. Il laissa planer un nouveau moment de silence, plantant son regard dans le sien, tandis que dans sa poitrine il entendait les battements de son cœur s’accéléraient, sentait toujours ce sentiment de colère et de peur se répandre dans tout son être.

Non. Ne pas laisser les souvenirs refaire surface.

-Si vous êtes aussi sûre de votre innocence, vous ne subirez pas de représailles. Veuillez me suivre. Cela ira bien plus vite ainsi.

Ne pas céder à ses provocations. La laisser s’enfoncer d’elle-même.

[HRP : Désolée pour le gros retard, j'ai eu droit aux examens pile poil après que tu aies posteé ta réponse. Mais voilà la réponse ! J'espère qu'elle te va ^^]





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pouvoir : illusioniste avec une multitude de désagréments.
Personnage illustrateur : natalia luzu kimlasca-lanvaldear (tales of the abyss).
Messages : 36

The Outsider
Voir le profil de l'utilisateur




Syanna Delbray
The Outsider
Lun 16 Jan - 23:21
conceal, don't feel, don't let them know
ephrem & syanna

L’arrivée de l’Inquisition en la personne du jeune homme qui se tenait devant elle ne put qu’attrister Syanna. Elle n’avait certainement pas envie de s’occuper de ce représentant d’une institution qu’elle détestait autant, mais quelque chose lui disait qu’elle n’aurait sans doute pas le choix de le faire. La confirmation de l’hypothèse la fit soupirer sans même qu’elle tente de cacher la chose. Elle se fichait bien de ce qu’il pouvait penser, du moment qu’il ne devenait pas violent. Il n’avait aucune raison de le faire, son autorité était peut-être défiée, mais l’ambassadrice ne faisait preuve d’aucune animosité. Elle était découragée, crevée, mais certainement pas agressive. Quoi qu’il en soit, elle se permit de refuser de le suivre - une évidence considérant qu’elle n’avait nullement envie de se retrouver au siège de l’Inquisition pour régler cette situation. C’était sans doute ce qui risquait d’arriver, elle en était consciente, mais elle comptait bien s’efforcer de s’y opposer au mieux de ses capacités. Ça ne sembla pas faire plaisir au jeune homme qui lui rappela qu’il était désavantageux pour elle de réagir ainsi. Les sourcils froncés, Syanna le dévisagea pendant un moment. Il n’avait pas tord, c’était l’évidence même, pourtant c’était sans compter l’as qu’elle avait dans la manche. Enfin, c’était un as qui resterait là aussi longtemps que possible, pour l’instant, la jeune femme préféra lui répondre calmement : « Je vous respecte, vous ne faites que votre travail après tout. C’est vous qui m’accusez sans preuve. » Encore une fois, il fallait remercier ce don si particulier qui lui permettait de faire disparaitre toute trace. C’était finalement ce qui lui permettait de tenir tête à ce petit soldat sans craindre une preuve inverse. Il fallait tout de même faire attention, à ne pas trop pousser, ne pas risquer au-delà de la protection diplomatique disons. Après tout, il était vrai qu’elle ne s’était pas soumise à la loi…
Retournant dans un silence rassurant, Syanna ne put s’empêcher de soupirer à nouveau lorsque le soldat reprit la parole. « Cela ira bien plus vite pour vous, pour moi ce sera une bien grande perte de temps. » La fatigue commençait à parler, tout comme la haine qu’elle ressentait vis-à-vis de l’inquisition. Le problème c’était bien qu’elle risquait de l’énerver, il fallait donc qu’elle trouve les bons mots pour calmer cette situation. Ça devait bien être dans ses cordes, elle qui était diplomate. Pour autant, ses paroles ne furent sans doute pas idéale : « Je suppose que vous êtes nouveau ou je ne sais trop. Pour autant, je vous serais grée de me laisser repartir sans plus, ce serait mieux pour tous. » C’était bien au-dessus de ses responsabilités que de s’en prendre à une diplomate. C’était une évidence pour la jeune femme, mais l’expliquer au jeune homme serait une nouvelle perte de temps. Il fallait dire qu’elle ne s’aidait pas beaucoup en le provoquant ainsi. Mais elle n’était pas d’humeur à encourager les comportements de l’inquisition et de ce soldat. Elle ne les portait pas dans son coeur, ils étaient l’une des raisons de son malêtre à Casalta. Bien sur, ce jeune homme n’était pas le responsable, mais il n’aidait certainement pas son humeur.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.


t'inquiètes, je ne peux que comprendre ! j'espère que ma réponse t'ira du coup c:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnage illustrateur : Yuichiro Hyakuya - Owari no Seraph
Messages : 37

Age : 21
Empire d'Aelius
Voir le profil de l'utilisateur




Ephrem Niev
Empire d'Aelius
Mer 25 Jan - 0:29















Conceal, don't feel, don't let them know




Son existence n’était-elle qu’un cercle vicieux, une lutte sans merci contre ces êtres dénués d’une capacité de raisonnement assez développée pour comprendre qu’ils ne pouvaient pas vivre librement sans détruire tout ce qu’il touchait ? Reposait encore, tout au fond de son esprit, ce funeste souvenir qu’il n’arrivait et n’arriverait jamais à oublier. Cet instant où tout était parti, s’était évaporé en un instant, dans son existence ; des êtres chers qui s’étaient évanouis dans un moment fugace, comme si tout ce passait qu’il avait tant chéri n’était rien d’autre qu’une illusion, une fraction de seconde qu’il s’était imaginé et qu’il avait fait place dans sa tête. Et maintenant, il ne restait plus qu’une plaie béante, un vide large et glacial, aux couleurs sombres et aux tons mélancoliques, comme une plainte déchirante qui ne voulait plus se taire. C’était comme si ce doux rêve était devenu un affreux cauchemar qui s’étirait dans le temps et qui ne voulait plus cesser, comme si l’idée d’avoir un jour un peu de repos ne referait plus jamais surface.

Et cette femme, qu’il n’avait pourtant jamais vue avant, lui rappelait combien il était seul et qu’il n’y aurait aucune issue à cette sensation de vide qui l’écorchait de plus en plus profondément chaque jour. Ressentait-elle cette haine et cette tristesse qui l’habitait ? Lui, en tout cas, percevait la haine que reflétait sa voix quand elle lui dit que tout ceci serait une perte de temps. Une perte de temps, de surveiller des monstres, des assassins comme elle ? Il sentit son poing libre se serrer, tandis que l’autre faisait une étreinte meurtrière au pommeau de son épée, peut-être bien comme si c’était bien la gorge de cette impie qu’il était en train de serrer. Sa voix, à elle, pénétrait dans ses oreilles comme le pire des venins, se frayant un passage à travers son sang, le brûlant jusqu’à l’os. Aussi intense soit sa haine envers elle ou envers toutes les autres personnes qui représentaient son espèce, la vérité, aussi terrible soit-elle, demeurera la même. Car la vérité, même s’il l’avait claire et précise dans son esprit, n’était pas celle qui était là, droit devant lui, et droit devant le reste de l’assistance. Et il le reconnaissait amèrement dans sa bouche, ce goût de l’injustice, ou plutôt cet arrière goût désagréable qui ne faisait que revenir chaque fois qu’il voyait qu’il manquait quelque chose, ou lorsque quelque chose n’allait pas comme il le fallait. Comme il le souhait, au plus profond de son être.

Et cette colère qu’il voulait à tout prix retenir au fin fond de ses tripes, elle surgit comme un fauve, sans même que lui-même ne s’y prépare. Il dégaina de moitié son épée, alors que son regard était braqué sur celui de la femme. Quand bien même il voulait le faire, il ne pouvait se permettre d’user de violence face à elle, ni face aux autres. Parce qu’il n’avait strictement aucune preuve du fait qu’elle avait pratiqué la magie, là ici, alors que le reste du monde avait le dos tourné quand il l’avait pris au fait. Alors, à contre cœur, il rengaina sa lame, sans la quitter du regard, et répondit à sa dernière remarque à son sujet :

-Ce genre de détail ne vous regarde pas.

Sa voix, qu’il s’était forcé à garder neutre jusqu’à présent, était devenue glaciale et remplie d’animosité.

-Mais pour qui est-ce que vous vous prenez ?!





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
ephrem + conceal, don't feel, don't let them know.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ~ i feel like my life is flashing by and all i can do is watch and cry
» MAC Temperature Rising Collection - Mai 2013
» Intrigue #1 - Groupe n°5 | Wallace V-H., Phaedra B., Sigvard M., Ephrem H.
» That's not about who you are, but how you feel. Ft. Erin Darjeeling
» Can you feel the love tonight? ∞ Leviya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HYPERION :: Empire Aelius :: Casalta :: Habitations-
Sauter vers: