:: Mukesha :: Mendan :: Chutes de Derya Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Silence is ours to be heard - Pv Linh

avatar
Personnage illustrateur : Kasen Kanesada de Touken Ranbu
Messages : 59

Age : 26
Prince et Tacticien d'Aelius
Voir le profil de l'utilisateur




Alfio Loris Saltarelli
Prince et Tacticien d'Aelius
Mer 5 Oct - 16:22
J'avais besoin du temps seul. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais le besoin de sortir de la capital pour me promener dans la nature. J'ai été aux chutes de Derya, à l'insu de mes soldats. Est-ce une bonne idée ? Je sais que non, mais j'avais uniquement envie d'être seul sans avoir un pot de colle énervant qui passent son temps à me dire '' ne faites pas ça, prince Loris ! Vous allez vous salir! '' ou bien des '' mais prince Loris, ça ne fait pas très princier cette attitude !''. J'ai voulu être seul avec moi-même, dans mes pensées, dans la nature.....pour un petit moment.

Il fallait que je sorte. Cette nuit a été chaotique pour moi, comme pas mal de nuits précédentes. Rêver de mon père, du temps qu'il était vivant, de ses contraintes que mon esprit s'était créées à cause de lui...on dirait que le passé courait après moi pour me jeter au sol comme un piètre sac à merde. Dès que je me suis levé, ce matin, j'avais senti les mains de mon père se serrer contre ma gorge. Je sais qu'il est mort, mais je sentais toujours sa présence me peser comme si mon esprit a pris son âme et l'a jumeler à la sienne. On dirait que même la mort pourrait même pas enlever ses souvenirs et sa trace qu'il a faite en moi. Il est mort à la guerre sans que je puisse dire tout ce que je veux lui dire. Ma rage, ma colère....elle n'a fait que grandir avec les années. Je la sens en moi, comme une ombre subtile, douce, à la fois dangereuse et prête à rugir. J'ai l'impression que je n'arrive pas à la contenir, la comprendre et la laisser aller. Ma rationalité me regarde en haussant les épaules, comme si elle ne savait pas quoi faire avec cet amas de ''poubelles''. Si je la laisse aller, cette rage, j'ai peur d'être impuissant face au monde. Cet homme m'a tellement torturé mentalement, m'as tellement créé des peurs que....en me regardant de plus près, je suis aussi vulnérable qu'une rose au vent. Je me trouve pathétique à l'idée de le revoir. Je sais que c'est impossible, mais c'est une de mes plus grandes peurs. Je ne suis pas parfait...personne est parfait...et j'assume que la vie a sûrement de drôles de surprises à mon insu. Je n'ose pas imaginer la terreur ...s'il avait été encore en vie. Juste le fait que je le revois dans mes rêves prouves que je n'arrive plus à dissimuler la réalité et la fiction. J'ai peur qu'il revienne me voir et me déchiquette en morceaux.

Étrange, n'est-ce pas ?

Il fallait que je respire et que je me change les idées. Je suis maintenant accroupie sur le bord d'un bassin d'eau, non loin d'une partie des chutes. Je regardais les vagues, en petit bonhomme, me demandant si je n'allais pas faire une trempette. Un des sujets de mon père m'avait bien dit que l'eau est reliée à la connexion des émotions. Parfois s'y baigner et méditer est la meilleure façon de comprendre certaines choses qu'on ne peut élucider nous-mêmes, en ce qui concerne nos émotions profondes qu' on a trop l'habitude d'ignorer ou cacher. Certes, cela me terrifie à l'idée de '''regarder'' ce qui se cache ma part d'ombre, mais en même temps...je veux comprendre et en finir avec ses cauchemars que je n’arrive pas à combattre. Je ne suis pas du genre à en parler avec les autres, alors non...personne sait que j'en fais, à part peut-être ma plus jeune soeur...

Je soupire. J'enlève mon manteau blanc ainsi que ma chemise. J'ai déposé ensuite mon arme et enlever quelques babioles. J'ai gardé mes bottes pour la fin. J'ai opté de m'aventurer dans l'eau avec mes pantalons, question de se garder une protection au cas où.

Je ne crois pas que quelqu'un me volerait (parce que j'ai caché mes choses quelque part) ou me materait (on sait jamais, la vie peut très bien me réserver des surprises), surtout que nous sommes très tôt le matin. Et puis, je ne crois pas non plus que beaucoup se promènent ici, à part quelques pèlerins ou bien des visiteurs. Ils préfèrent venir en milieu de journée, généralement. Le matin, il fait parfois frais et il y a moins de gêneurs. En étant prince, je préfère les moments où je peux être seul sans que quelqu'un me reconnaisse et en fasse toute une histoire.

L'eau, elle était froide. Je sentais mon corps en prendre un violent coup puis, s'habituer assez vite. Le calme ainsi que les vagues de l'eau me rendaient moue, comme si le poids sur mes épaules avaient quitté un corps mort. Alors, suis-je si oppressé que ça à en être aussi dénudé qu'un mollusque sans coquille ?

Je ferme les yeux. Je me concentre sur mon corps puis... une boule apparue dans ma poitrine. Une boule qui me triturait l'intérieur comme une bête qui voulait s'enfuir de la cage qu'on lui avait imposée. J'avais un mal de coeur tellement présent que je sentais cette boule s'agiter dans ma chair. J'avais l'impression que si je vomissais, j'allais sortir une masse noire...

D'où venait-elle cette subite colère ? Je sentais de l'insatisfaction. Sûrement relié à mon père, aux évènements passées....à beaucoup de choses de ma vie.

Je soupire encore une fois. Je ne devrais pas me laisser envahir par ce sentiment que j'ai longtemps ignoré. Je n'ai pas le choix de mettre une voile parce que c'est la seule solution que je puisse faire dans mon état présent. Je sais, c'est mauvais, mais qu'est-ce que je peux faire d'autre ? Attendre que le temps passe ?

J'ai fini par entrer dans l'eau complètement puis en ressortir après un moment. L'eau froide calmait mon corps bouillant d'émotions qu'il ne pouvait pas contenir lui-même. J'ai voulu crier, frapper une roche, mais j'en étais incapable. Je bloquais. Le flot de vibrations que je ressentais, je n'arrivais pas à tout comprendre. Je me sentais vulnérable face à mon hypersensibilité...

Que je suis pathétique.

J'image bien mon père me le dire en me regardant de haut comme si j'étais la plus pire des déceptions qui soit.

Étrangement, cela me faisait bien rire.

Je regardais la chute d'eau avec un air étrangement amer. Je me suis dit que je devrais retourner auprès de mes soldats avant qu'ils viennent me chercher en panique. Je crois que venir ici pour avoir du temps à moi..ne sois peut-être pas une bonne idée dans l'état que j'étais. Je me suis retourné vers l'arrière et je stoppai sec.

Ah ?

Est-ce que c'est moi qui hallucine ou ...la reine de Mukesha était non loin, yeux rivés sur moi ?

Pendant un instant, j'étais surpris. Je ne pense pas que j'étais assez fou pour m'imaginer des trucs. Si elle est une illusion, alors...vaut mieux en rire qu'en fuir ?

+ Je ne pensais pas que je vous rencontrerais ici, Linh.

Je ne sais pas pourquoi j'avais son prénom avec un petit sourire en coin, amusé. Peut-être que je croyais à ma demi-folie ?

+ Si vous n'êtes pas le fruit de ma solitude, alors la vie adore me jouer des tours.

Je pouffe un petit rire tout en croisant mes bras. Au diable l'éthique de la cours. Je ne me sens pas dans le l'état d'agir comme un bon petit prince. Je veux agir comme '' Alfio'' le ferais et non Prince Loris, fils du défunt empereur Loris.

+ Heureux de vous rencontrer, encore une fois.

Dis-je sincèrement, en faisant une courbette de la tête avant de poser mon regard sur elle. Élégant comme rencontre à la fois...comique. Qui l'aurait cru que ça arriverait ? Comme je le dis souvent....la vie adore nous jouer des tours inattendus.

+ Ah et...nous vous inquiétez pas...je suis un pauvre homme seul. Je n'ai pas l'intention de partir une guerre ou quoi que ce soit. Si cela peut vous rassurez.

Pourquoi dis-je ceci ? Parce que l'honnêteté est forte chez moi. Je suis connu pour mon côté pacifiste et je crois qu'elle le sait. J'ai toujours senti que j'étais le mouton noir de la famille....et je crois que cela se voit, en quelque sorte.






''The feelings concealed in the innermost depths of my heart...throb with a gentle smile''

Je vous chante en #9370D8
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pouvoir : télépathie, c'est avant tout la capacité de discerner les intentions d'autrui. un contact physique permet de discerner des mots ou phrases que pensent les gens de façon limitée.
Personnage illustrateur : morrigan (dragon age).
Messages : 70

Reine
Ven 7 Oct - 22:42
THE SILENCE IS OURS TO BE HEARD
alfio & linh

La capitale était éreintante. Malgré toute l’affection que Linh portait au peuple de Mukesha, son peuple, elle devait souvent se résoudre à admettre qu’il ne lui rendait pas tout le temps. Ce n’était pas qu’ils étaient ingrats, la plupart des paysans qu’elle avait eu l’opportunité de rencontrer lui avaient tous laisser de bonnes impressions. Ils avaient semblé contents de la voir, ne serait-ce que le temps d’une audience. Pourtant, ces bonnes impressions, ces rencontres n’arrivaient jamais à pallier complètement le bourdonnement occasionné par les multiples personnes qui s’y trouvaient. Il était difficile d’ignorer toutes les intentions qui se faisait sentir. Avoir un don était quelque chose de fabuleux, Linh en avait toujours été plus que fière, malheureusement ça ne la protégeait pas contre les contreparties qui l’accompagnait. Il suffisait de repenser au mariage à Ronan qui avait eu comme principal résultat de la vider de son énergie. C’était l’évidence même puisqu’au-delà du nombre de convives qui ne pouvait jamais aider, il y avait eu toutes les grandes têtes des différentes nations. Si la seule présence des Aéliens aurait suffit pour provoquer des migraines, c’était sans compter le comportement d’Iska ou encore celui d’Oligo Gorillan.
Ainsi, il n’était pas si étonnant de la voir délaisser la palais pour un cours moment. Elle ne quittait pratiquement pas l’Amaterasu, trop de choses nécessitaient son attention pour qu’elle se permette de telles libertés. Pour autant cette fois devait être l’exception à la règle puisque ce n’était pas dans les jardins du palais que Linh se dirigea mais plutôt en dehors d’Akishino. Ce n’était pas non plus un simple caprice, ce genre de chose n’étant pas vraiment dans ses habitudes. Certains choses devaient être accomplies dans la région de Mendan. Linh pouvait ainsi joindre l’utile à l’agréable, s’éloignant du brouhaha constant de la capitale pour une région plus agricole et donc plus simple à supporter. Du moins c’était l’intention derrière le déplacement, s’attarder sur quelque chose d’inutile serait ô combien contreproductif.

Malgré tout, en haut de sa liste, trônait tout de même l’envie d’être seule, de se recueillir un moment, mais ce serait un plaisir accordé à la fin de ses autres responsabilités. La première d’entre elle était un passage à l’académie magique pour discuter avec les principales têtes de l’établissement. C’était notamment dans le but de faire suite à la discussion qu’elle avait eu avec Aeon. Le Khan avait soulevé des points intéressants, l’un d’entre eux était l’apprentissage des mages dans l’optique que certains d’entre eux souhaitent se joindre à l’armée. Si la reine devait admettre avoir une certaine réticence à voir des mages prendre leurs armes - plus ou moins symboliquement parlant - et risquer leur vie en raison, elle ne pouvait pas pour autant nier l’avantage que des mages pourraient leur donner. Certes les dons pouvaient être neutralisé par le Laen, mais il était fort peu probable que tous les soldats d’Aelius aient accès à de telles armes. Par conséquent, il était bien de considérer l’avantage à acquérir. Sauf que comme toutes discussions dignes de ce nom dans un royaume divisé sur bien des questions, les rencontres semblèrent interminables et éreintèrent Linh plus qu’autre chose. Un énième rappel qu’elle avait besoin de repos. Un repos qu’elle avait trop repoussé pour son propre bien.

C’était finalement ce qui expliquait sa présence aux chutes de Denrya. Le bruit de l’eau lui offrait une quiétude dont elle ne pouvait pas profiter si facilement. Sa présence de bonne heure s’expliquait également par un souci de solitude. Non seulement, il y aurait ainsi moins d’intention à capter involontairement, mais c’était aussi le seul moyen de convaincre les Mains d’or de la laisser seule, ne serait-ce qu’un moment. C’était compréhensible, ils avaient après tout été acheté pour protéger la famille royale contre toute tentative d’assassinat et il semblerait que leur travail ait été exemplaire en la matière. Il était pourtant lassant d’avoir toujours quelqu’un dans les parages à surveiller les moindres faits et gestes de quiconque se trouvait dans leur champ de vision. C’était loin de la solitude qu’elle recherchait pour se ressourcer. Elle avait finalement eu le dernier mot - l’inverse aurait été étonnant - et pu se diriger vers un bassin d’eau non loin des chutes.
C’est là qu’elle le vit. Lui. Autant l’admettre d’entrée de jeu, c’était quelque chose qu’elle n’avait pas su prévoir et la surprise était-elle qu’elle filtra sur son visage pendant un court moment. Que pouvait-il bien faire là ? C’était bien une question à laquelle elle n’avait pas de réponse. C’est donc en silence qu’elle le fixa, ne cherchant pas à se camoufler d’une quelconque manière que ce soit. Il l’intriguait, sans doute plus qu’il ne le fallait. Elle avait été bien naïve en refusant D’être accompagnée par un membre des mains d’or, cela était certain. C’est finalement le prince ennemi qui prit la parole, Linh se contentant de décroiser les bras en écoutant chacun de ses mots. Il réussit tout de même à lui arracher un sourire, plus rapidement qu’elle n’aurait pu le croire. Peut-être était-ce sa façon de dire son prénom là où l’étiquette aurait sans doute appelé à autre chose. « Il me semble qu’il serait plutôt à moi de vous dire cela, Alfio. » Elle l’avait imité, naturellement, sans cherché à camoufler plus que nécessaire son amusement. Il fallait dire que rencontrer le prince de l’Empire n’avait pas fait partie de sa fameuse liste, ni même des hypothèses les plus farfelues qu’elle aurait pu formuler. « Je crains que c’est bien la vie qui adore nous jouer des tours. » La preuve, le recueillement tant attendu ne viendrait pas immédiatement. Enfin, pour une telle rencontre, elle pouvait bien faire une croix sur ses envies de solitude.

Retrouvant par la suite un silence, Linh se contenta d’observer le prince. Il était évident qu’il ne comptait pas sortir les grandes pompes et l’étiquette. C’était différent de ce qu’elle avait l’habitude, sa vie étant régie par un certain nombre de règles qu’elle suivait sans se questionner plus que nécessaire. Ça semblait être le prix de son rôle, mais peut-être pas pour cette fois. « Le plaisir est partagé. » Le tout avec un geste de tête, sans plus de cérémonie. Ce n’était sans doute pas appelé par la situation alors que le prince était dans l’eau. La question de la raison de cette présence revint rapidement dans l’esprit de la reine, qui dut la chasser à nouveau, faute de réponse intelligente. Il semblait impossible de croire qu’il était seul et pourtant, c’était bien ce qu’il affirmait, la surprenant à nouveau. Rien ne contredisait cette affirmation, quand bien même elle était plus que difficile à croire. Était-ce le lot des Aéliens de croire qu’il pouvait pénétrer les frontières d’autrui impunément ? Il aurait alors été si facile d’appeler les mains d’or qui l’avaient accompagné pour qu’il le capture. L’envie fut présente l’espace d’un instant, avant que le bon sens ne revienne en lui rappelant qu’un tel comportement entrainerait assurément le déclenchement de la guerre, cette même chose que le prince avait affirmé ne pas vouloir faire. « Je ne m’inquiète pas le moins du monde. » Elle était, après tout, en plein contrôle de la situation. Le fait qu’aucune intention violente ne venait à Linh de sa part aidait grandement la chose. Elle estimait pouvoir lui faire confiance, une sensation bien particulière, considérant qu’il s’agissait de l’ennemi. « J’espère que l’eau est bonne. » C’était léger, anodin comme discussion, bien loin de ce qu’elle devait dire dans une telle situation. Elle ne s’en préoccupait pas vraiment, s’approchant du bassin avant de retirer ses bottes pour s’assoir en laissant ses pieds entrer dans l’eau. Se baigner était tentant, mais vu les circonstances pas forcément recommandable. « Alors qu’est-ce qu’un pauvre homme seul peut bien venir faire ici ? » Ici voulant dire les terres de Mukesha, mais surtout les chutes elle-même. La présence du principe intriguait Linh, le mince sourire qui s’était dessiné sur ses lèvres le montrait amplement.

✻✻✻
CODES © WHICH WITCH.




we're meant to be
you could be the king but watch the queen conquer. (anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
The Silence is ours to be heard - Pv Linh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (F) Amber Heard ≈ Kiss or Kill me
» CAO BANG, Indochine
» Ayé ma Mai linh rampe...
» « Nothing will work unless you do. »  +AARON
» (F/PRIS) AMBER HEARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HYPERION :: Mukesha :: Mendan :: Chutes de Derya-
Sauter vers: