:: Empire Aelius :: Casalta :: Quartier d’Ébène :: Palais d'Améthyste Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ménage à deux | PV. Alisa Erynies

avatar
Pouvoir : Transformation en jeune dragon
Personnage illustrateur : Corrin/Kamui of Fire Emblem Fates/If
Messages : 42

Age : 19
Vassale draconique
Voir le profil de l'utilisateur




Unei Jackrob
Vassale draconique
Lun 3 Oct - 3:00

Ménage à deux

ou comment une simple patrouille de contrôle risque de se barrer en sucette

Il faisait beau, il était même possible d'écouter le chant des oiseaux perchés sur les rebords des toitures de Casalta, en prenant le temps de tendre l'oreille. Les rues étaient déjà très animées en ce début d'après-midi, respirant la jovialité malgré le brouhaha qu'y s'en dégageait. C'était.. des plus agréables à observer, quand on sait tout ce qu'il se trame en arrière-plan. La silhouette d'Unei semblait invisible dans la masse, trop furtive pour être captée par les simples habitants en train de discuter ou faire leurs emplettes, bien qu'elle faisait partie des rares personnes à se balader en armure en plein centre-ville.

Le palais, au cœur des Quartiers d'Ébène, resplendissait sous les puissants rayons solaires ; au point tel où l'idée qu'il s'était tout spécialement positionné au dessus afin de n'illuminer que lui paraissait tout à fait crédible. A l'inverse, elle appréciait beaucoup moins ses allées-là. Elles présentaient pour la mage aux cheveux d'argent un air froid, emprunt à toute la méprise de la noblesse. Alors comme à son habitude, elle se faufila jusqu'à sa destination sans prêter attention à ce qui pouvait entrer dans son périmètre, sans faire d'histoire. Ses souvenirs, datés de plusieurs années maintenant, lui servaient d'avertissement.

Aux portes trônaient les habituels gardes, qui ne prirent pas la peine de demander à la dragonne de justifier son identité ; ses passages étaient devenus un routine incontournable. Cette atmosphère qui régnait entre les murs violacés, si familière, apaisa immédiatement son pas dynamique, bien qu'elle n'avait pour autant pas à traîner. Le peu de domestiques présents la saluèrent d'un bref geste de la tête, auquel elle répondait en miroir. Ils avaient lu sur son visage la nouvelle réussite qu'elle rapportait, encore fraîche, à l'Impératrice.

Mais elle n'était plus là pour en prendre connaissance. Devant son bureau jugé vide, où la vassale avançait avec assurance, patientaient deux soldats, qui ne tardèrent pas à l’interpeller, sans prendre l'importance de la politesse, ni même du tact.

- « Son Altesse a dû précipitamment s'absenter. »

C'est étrange.. pourtant la Marquée n'avait pas en mémoire un quelconque rendez-vous pour aujourd'hui. Cela la laissait hautement dubitative, elle qui est si professionnelle, ce qui se manifesta physiquement par le froncement de ses sourcils et un rictus. Mais ils n'avaient pas terminé leur discours. Après avoir roulé des yeux, ils captèrent de nouveau son écoute.

- « Elle nous a demandé de vous remettre ceci à votre retour. Tenez. »

Ce petit bout de papier, qui n'a pas eu le soin d'être enveloppé, elle le tira d'un coup sec des doigts gantés de l'officier qui lui tendait. Sa curiosité la rendait quelque peu brusque sur l'instant, mais les petits mots laissés par Médéa firent tout aussi rapidement rejaillir le début d'un sourire. Ce qui était écrit ? Cette dernière lui confiait la tâche d'inspection générale : veiller à ce que tout soit en ordre avant la venue d'un invité de marque le soir-même. La cause de son départ devait résider là-dedans. Tout devenait limpide, et son faciès redevint aussi détendu et neutre qu'à son arrivée.

- « Merci pour votre travail. »

Sans plus expliciter, de ce qui ne les concernait d'aucune manière de toute façon, elle les quitta pour mettre son ordre à exécution sur le champ. Toujours très assidue dans son poste, elle comptait ne perdre aucun instant, aucune infime fraction de seconde. L'édifice était immense, et à elle seule, il lui faudrait plus qu'une poignée d'heures pour aboutir à une examen pointilleux et strict. La demoiselle ne le montrait pas, mais au fond cela la rendait nerveuse : elle ne voulait pas faillir, surtout pour une requête si basique.

Néanmoins, en passant à peine le premier seuil à sa portée, une voix retentit jusqu'à ses tympans. Elle la connaissait bien, trop bien. Son regard écarlate n'avait guère besoin de se tourner vers la source de ce cri aigu. Soudain, l'idée qu'elle se faisait tergiversa dans son esprit, suivant une logique qui dépassait l'entendement commun : cela allait s'avérer plus complexe que prévu. Les moments passés avec Alisa, sa vieille amie rencontrée dans la Tour d'Ivoire, n'avaient jamais été connus comme sereins, sages. Elle ne savait pas les raisons de sa venue ici, ni même pourquoi elle semblait si impatiente qu'Unei se rapproche d'elle. Ce n'était qu'une question de temps, et pour le coup, de pas.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 5 Oct - 15:35

 Alisa venait tout juste de terminer sa mission loin de Aelius, ça faisait un sacré moment qu'elle était partie et bien qu'elle revenait plus forte que jamais de son expédition dans la ville fantôme de Mukesha, elle était aussi extrêmement exténuée. Pire encore, aussitôt avait-elle remit un pied dans la région de Casalta qu'elle recevait la visite d'un coursier à cheval. Ce dernier ne tardait pas à lui remettre une missive venant directement de ses supérieurs. Visiblement elle devait faire un rapport à l'inquisition et au clergé dans une salle de réunion du palais.. Ca allait être pompeux.

Pressant le pas, bien plus rapide pour voyager que quiconque à part peut-être les trucs volants, elle se rendait rapidement dans la capitale, prenant tout juste le temps de se nettoyer et d'enfiler une tenue similaire aux gardes d’ébènes en civil, à savoir une chemise noire avec le blason de son unité au dos, ainsi qu'une jupe et des bottes montantes... Ca suffirait largement. De toute façon elle n'avait pas le temps pour quelque chose de plus distingué ou de plus long à enfiler. Se ruant au palais, elle ne perdait pas de temps et fonçait vers la salle de réunion.

- Valkyrie, nous vous attendions, votre rapport je vous prie.

Alisa prit la parole, expliquant les événements avec Lygatt et l'unité disparue. Les hommes écoutaient et savaient qui était mort ou non, mais la suspicion demeurait, même si Alisa était l'une, si ce n'est la seule, mage un tant soit peu respectée de Aelius, il restait difficile de boire ses propos sans en douter. Mais ce qui fit le plus tiquer le clergé fut d'apprendre qu'elle avait apprit à manier l'épée... Une chose qu'ils avaient interdit fut un temps, compte tenu de la dangerosité que représenterait son pouvoir s'il devait se coupler à une quelconque maîtrise.

- Vous vous rendez bien compte, que nous devrions vous enfermer pour avoir ainsi brisé un tabou ? N'avions-nous pas convenus qu'apprendre à manier l'arme vous rendrait bien trop dangereuse ? Vous ne devrez votre liberté qu'à votre proximité avec la famille Saltarelli, estimez-vous chanceuse. Mais je tiens à ce que l'inquisition garde un œil sur vous... Question de sûreté.

Le membre du dernier camp nommé fit un signe de tête pour dire qu'il allait s'occuper de faire passer les directives, alors que le membre du clergé passait encore quelques minutes à sermonner Alisa avant de la laisser partir. Une fois en dehors de la salle de réunion et la porte fermée, elle poussait un long soupire, pas mécontente d'être sortie de là... Restait à voir ce qu'elle allait faire. Peut-être aller voir sa meilleure amie Ophelia ? Mais Fiore n'était pas la porte à côtés... Mais alors qu'elle allait partir d'ici, elle croisait du regard une connaissance assez ancienne.

- Oh  si ce n'est pas Unei !

L'officier l'appelait familièrement sans trop se soucier des protocoles, et même si les protocoles se trouvaient au milieu elle était plus haut dans l'échelle sociale... Mais entre amies ça n'était pas une chose présente dans l'équation. Pas pour le moment en tout cas. Alisa approchait de son amie sous le regard des gardes d'ébènes, dont certains qui la saluaient gentiment, d'autres avec des regards plus neutres... Mais bon, ils avaient l'habitude de Alisa maintenant.

- Ca fait longtemps que je ne t'avais pas vu, comment tu vas ? Tu as l'air de bien te porter ! Désolée de ne pas t'avoir envoyée de lettres, j'étais comme qui dirait un peu occupée, et j'ai certaines priorités.

Elle poussait un soupire en disant ce dernier mot, elle ne pensait pas que prendre du galon et de la posture sociale, et surtout être plus humaine, prendrait autant de temps... Toujours est-il que cette fois, elle avait du temps et à défaut de pouvoir voir Ophelia ou Médéa, autant rencontrer d'autres connaissances. Souriait faiblement, elle penchait la tête sur le côté, index au coin des lèvres. Un véritable tic chez la jeune valkyrie.

- Hmmm... Qu'est-ce que tu fais ici du coup ? Médéa n'est pas là aujourd'hui. Je devrais pas être là non plus mais... Tu connais le clergé, la patience n'est pas leur point fort hihi. Pas vrai garde d'ébène A ?

Elle riait doucement, alors que le garde soupirait, COMPLETEMENT habitué à ce qu'elle l'appelle ainsi. Soudain, l'illumination, Alisa regardait vrs le ciel en tapotant son index, toujours au coin de ses lèvres, comme si quelque chose semblait lui revenir en tête...

- Oh mais si je me souviens bien, un officiel doit venir aujourd'hui !  C'est lié à ta présence ? Demandait-elle finalement, curieuse.i
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pouvoir : Transformation en jeune dragon
Personnage illustrateur : Corrin/Kamui of Fire Emblem Fates/If
Messages : 42

Age : 19
Vassale draconique
Voir le profil de l'utilisateur




Unei Jackrob
Vassale draconique
Jeu 6 Oct - 6:00

Ménage à deux

ou comment une simple patrouille de contrôle risque de se barrer en sucette

Alisa n'avait pas perdu de son excentricité, c'était certain. Elle n'avait visiblement aucune gêne à se comporter comme dans une cour de récréation dans ce lieu si sobre et sérieux. C'était tout à bord gênant, Unei n'avait clairement pas l'habitude d'un tel accueil, du moins aussi jovial, et se sentait assez mal à l'aise ; mais rapidement, l'enthousiasme dans lequel s'était enveloppée la valkyrie l'avait contaminée et un léger sourire se décocha instinctivement sur son visage.

- « C'est un plaisir de te voir. Tu sembles être en forme également, c'est une bonne nouvelle ! »

L'absence de ses lettres ne l'avait pas plus perturbée que ça, la dragonne savait à quel point son grade et ses diverses occupations lui dévoraient son temps ; au-delà de ce qu'elle pouvait subir en tant que vassale, semblerait-il même. Il fallait l'avouer, elle avait fait un parcours admirable depuis sa sortie de la Tour d'Ivoire. La raison derrière cela était beaucoup plus maussade, cependant, l'une comme l'autre, elles ont su se montrer relativistes et optimistes malgré leurs malheurs.

- « Je viens de recevoir une demande assez pressante laissée par l'Impératrice, justement. J'ai appris sur le vif que le palais recevait quelqu'un d'important ce soir. Et toi, que viens-tu donc faire là ? »

Sur ces mots, posés d'une voix continuellement neutre, la mage leva le bras, au niveau du regard de son interlocutrice, pour qu'elle puisse apercevoir le morceau de papier coincé entre son index et son majeur, qu'on lui avait confié à peine quelques minutes plus tôt. Au vu de sa réaction, elle avait aussi reçu le message.. pourquoi ? Son rayon était le combat, pas de jouer la servante. L'heure n'était plus au doute, néanmoins.

- « Tu m'excuseras.. c'est un grand plaisir de discuter avec toi, mais j'ai du pain sur la planche, je ne dois pas m'éterniser ici ! Hmm.. on peut s'organiser un petit quelque chose plus tard, si tu veux ? ..et si tu as le temps, évidemment ! D'accord ? »

Sa question n'eut aucune réponse. Réalisant tardivement qu'elle venait d’enfreindre la règle qu'elle s'était auto-proclamée et imposée, la Marquée redémarra sa marche sur les chapeaux de roue, laissant sa vieille camarade sur un discours affolé, accompagnée d'une gestuelle hasardeuse et sans doute écourté brutalement. Ainsi, son expression faciale qui se voulait rassurante et amicale paraissait telle une grimace de panique. Cela ne la réjouissait pas, elle aurait voulu saisir l'instant ; or ce dernier était réclamé autre part.
©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Ménage à deux | PV. Alisa Erynies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Scènes de Ménage
» Le ménage
» Nage de St Jacques à la coriandre et au lait de coco
» porter deux bébés
» (79) LES DEUX SEVRES archives en ligne et Cadastre Napoléonien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HYPERION :: Empire Aelius :: Casalta :: Quartier d’Ébène :: Palais d'Améthyste-
Sauter vers: