:: Empire Aelius :: Sinople :: Velm Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Escapade nocturne dans l'ombre de Velm (pv Greshym)






Invité
Invité
Lun 15 Aoû - 4:41


Dangereuse expédition... Très dangereuse expédition que menait le Khan. Drappé de la tête aux pieds, se mouvant sous une forte pluie battante, il regardait devant lui... la citée de Velm se dressait. Comment était-il arrivé ici ? Vous vous doutez bien qu'un grand général à plus que son titre dans sa manche. Quoi qu'il en soit, même s'il était parvenu au centre des plaines de Sinople, il restait au cœur du territoire ennemi... Bien qu'ennemi était un grand mot puisque la guerre n'avait pas encore éclatée... Mais quand bien même, le Khan à Aelius, personne n'allait gentiment le laisser partir s'il était repéré.

- J'espère que le jeu en vaut la chandelle, je ne tiens pas à rentrer en marchant sur les cadavres de impériaux.

Toujours drapé il se mouvait en ville, jusqu'à une taverne auberge qui devait être leur point de rendez-vous. Il y entrait et commandait une « choppe du meilleur vin qu'on déguste entre deux seins » ce à quoi l'homme lui répondait que les seins ne faisait pas la qualité du vin... Avant de lui faire signe de le suivre loin des regards indiscrets. Une petite pièce tranquille lui était présentée ; bien en arrière... Velm était connue pour être accueillante, mais surtout ouvertement hostile à l'actuelle couronne. Retirant la capuche de sa toge, il regardait au travers de la fenêtre, les villes impériales n'étaient pas si horribles.

- Je ne m'étais jamais aventuré aussi loin dans les terres du nord. Velm est une belle ville, mais les plus belles fleurs ont souvent beaucoup d'épines n'est-ce pas ?

Disant ceci, le Khan tournait son regard ambre vers le tenancier, la main sur le manche de son sabre. Aeon était connu au travers du monde, pour son Iai... On disait que son épée pouvait aller plus vite qu'un sort, que même un monstre à l'instinct aiguisé comme la manticore ne pouvait pas voir venir son coup... Pourquoi une telle hostilité ? Car il était méfiant, tuer le Khan et le fait tomber dans un guet-apens vaudrait sans doute une vie d’opulence. Une fois que le tigre du sud avait prévenu que ses crocs n'étaient pas là pour faire joli, il se mit à attendre son contact. De longues minutes, jusqu'à ce que des sons se fassent entendre et qu'un homme n'entre dans la pièce, un homme qui n'avait ni l'apparence d'un soldat, ni d'un inquisiteur... Pour le moment tout allait bien...

- Vous n'avez pas été suivit ? Je ne crains pas pour ma vie, mais je n'en dirai pas autant pour les autres acteurs en scène.

C'était une entrée en la matière particulière... Mais pouvait-on vouloir à Aeon de se montrer méfiant compte tenu de sa position sociale mise en comparaison avec sa position géographique actuelle ? Malgré cela et tout en sachant à quel type d'homme il s'adressait, il tendait une main pour la lui serrer... Sa main gauche la droite étant réservée aux gens de confiance.

- Inutile de me présenter j'imagine, de même pour vous autant ne pas laisser s'égarer des noms. Je prends d'énorme risque en décidant de gérer cette affaire moi-même, j'espère que ce ne sera pas en vain.

Il se postait de façon à garder un œil sur les entrée, s'assayant sans demander son reste, regardant l'homme avec son regard ambre sévère. Il n'était pas là pour causer des heurts et le montrait clairement avec une attitude nuancée... En temps normal le Khan décapitait net quiconque s'approchait de lui en étant membre de la pègre.

- Venons-en aux faits... Vous êtes une anguille très cher, une anguille avec des bassins intéressant vu la proximité du palais d'Amethyste... Et je suis un homme puissant qui possède la clé méridionale.

Il avait des informations sur la capitale... Et Aeon avait les moyens de lui ouvrir le sud qui était pourtant finement protégé par les deux armées frontalières... Les deux hommes allaient engager des négoces très dangereuses mais avantageuses... Quant à savoir ce qu'elles allaient donner, seul le futur allait le leur dire.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 15 Aoû - 6:10
La citée de Velm. Un endroit charmant non pas part son charme naturel, mais par la propension de ses habitants à haïr la couronne. S'il n'avait pas hérité de sa place à la capitale il aurait été probable qu'il choisisse cet endroit comme point d'encrage à son organisation. Ici la corruption était reine, une reine beaucoup plus apte à lui offrir ce qu'il désirait.
Et ce qu'il désirait aujourd'hui était une rencontre. Intéressante si possible. Le Khan en personne. Il avait d'abord cru à une mauvaise blague quand l'un de ses hommes lui apporta le message. Cet important personnage ayant la solide réputation de haïr tout ce qui s'approchait de son domaine de prédilection. Néanmoins, après une longue réflexion il en avait déduit deux choses. La première étant que de bonnes négociations pouvaient lui être favorable. Il était toujours bon de se garder une porte de sortie en cas de coup dur. La seconde et la plus importante, cette rencontre promettait d'être des plus amusantes.

Dissimulé sous la traditionnelle capuche du comploteur si chère à Velm et pestant contre la pluie battante, il jeta un rapide coup d’œil à Thorn. Grande brute de son état, il était aussi un homme de confiance. Assez malin pour craindre Greshym, mais bien trop stupide pour le trahir. Cette citée méritait un garde du corps convaincant, et du haut de ses 1m91 ce jeune homme avait tout du briseur de rotule par excellence. Des muscles saillants à la large hache pendue à sa ceinture.

-Quand on sera arrivé, tu ne parle pas. Je ne veux pas entendre le moindre mot sortir de ta bouche.

-Bien.

Ce qu'il y avait de bien avec cet homme, c'est qu'il parlait peu et frappait fort.
Ils ralentirent l'allure. Dissimulez à l'embouchure d'une ruelle ils pouvaient voir l'auberge taverne à quelques mètres.

-Thorn, va faire un tour. Si tu vois quoi que se soit, un garde, un espion, une femme au physique désavantageux; quoi que se soit de déplaisant tu reviens ici discrètement et on rentre. Fais moi signe si tout va bien.

Greshym observa son garde du corps traverser la rue pour s'approcher du point de rendez vous. Il n'oubliait pas néanmoins de jeter un coup d’œil dans sa propre ruelle, Il y avait très peu de chance que quelqu'un puisse le reconnaître dans cette citée cependant il préférait rester prudent. Le chef de pègre caressait doucement la paume de sa dague quand Thorn lui fit un rapide signe de la main. Il était donc temps d'aller voir ce grand Khan.

L'endroit semblait aussi chaleureux que dangereux. Une ambiance festive selon Velm, festive avec beaucoup de coins d'ombres. Il ne prit pas la peine de jeter le moindre regard au tavernier, il connaissait déjà l'endroit par cœur. Le jour même de la prise de rendez vous il avait envoyé deux de ses hommes en repérage. S'ils ne s'étaient pas trompés la pièce vers la quelle il se dirigeait était la bonne.
Avant de rentrer il se tourna vers Thorn.

-Va te servir quelque chose, si tu entends quoi que se soit, si tu vois quiconque de dérangeant, viens me chercher. Sinon ne nous dérange pas.

Puis sans attendre de réponse il franchit le seuil de cette pièce qui, il l'espérait, serait emplie de négociations avantageuses.
Le Khan était déjà présent.

- Vous n'avez pas été suivit ? Je ne crains pas pour ma vie, mais je n'en dirai pas autant pour les autres acteurs en scène.

Un homme sans peurs, ses préférés.
Tendis que celui ci lui tendait la main, Greshym ne put ignorer son regard emplit de dégoût.
Aussi préféra t-il garder ses propres mains le long de son corps.

- Inutile de me présenter j'imagine, de même pour vous autant ne pas laisser s'égarer des noms. Je prends d'énorme risque en décidant de gérer cette affaire moi-même, j'espère que ce ne sera pas en vain.

Et pas totalement stupide avec ça, de mieux en mieux. Il était vrai qu'il prenait de gros risques. Greshym n'avait remarqué personne de suspect dans l'auberge, aussi était il probable que le Khan soit venu seul. L'espace d'un instant il ne put s'empêcher de le fixer un léger sourire aux lèvres. Ce sourire qu'il avait tant de mal à refouler. Ce sourire carnassier.

L'homme qui devait avoir un peu moins d'une quarantaine d'année fini par s’asseoir face aux sorties.

- Venons-en aux faits... Vous êtes une anguille très cher, une anguille avec des bassins intéressant vu la proximité du palais d'Amethyste... Et je suis un homme puissant qui possède la clé méridionale.

Greshym garda le silence, d'abord quelques secondes, puis une bonne minute. Il fixait attentivement ce Khan, puis toujours en gardant le silence il se saisit d'une des chaises avant de la tirer lentement vers son interlocuteur. Il prit son temps, se délectant du bruit dérangeant qu'il produisait. Puis il prit place juste à côté de l'homme, le fixant toujours tout en gardant une belle vue sur les sorties si chères au Khan.
Il prit enfin la parole d'un ton ironique.

- Vous savez la capitale de ce grand empire est tout aussi vaste, je ne suis pas si proche du palais.

Refrénant comme il le pouvait l'un de ses tics au coin de l’œil, il enchaîna.

- Cependant, je suis persuadé que plus la clé méridionale sera à ma portée, et plus je me rendrais compte d'à quel point je suis proche de ce magnifique palais impérial. Mais je ne me fais pas de soucis, vous êtes un homme puissant comme vous le dites si bien.

Les bruits de pas du tenancier le stoppèrent.

- Désirez vous quelque chose à boire ? A manger peut être ?

Le regard qui lui lança Greshym suffit à le faire rebrousser chemin. Il détestait se faire interrompre et c'est en décrispant sa main de sa dague qu'il reprit calmement. Thorn allait devoir lui expliquer les raisons pour les quelles le tenancier avait pu atteindre cette pièce sans encombre.

- Parlons donc affaires ! Vous désirez des informations cela va de soit, et quand à moi je désire recevoir la clé vers votre merveilleux royaume, au cas où comprenez vous ? L'impératrice peut se montrer sévère parfois.

Il jeta un rapide coup d’œil autour de lui.

- Mais ce n'est pas tout, je veux moi aussi des informations. Pas sur vos armées, ni sur vos richesses. Je me moque de tout cela. J'aimerais que vous me parliez de la pègre dans votre royaume. Ce sont mes conditions, en échange de quoi je vous raconterais tout ce que vous voudrez.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mar 16 Aoû - 23:13

Les deux acteurs étaient réunies et les propos s'échangeaient déjà. Expressif, l'homme semblait montrer son accord ou son désaccord avec quelques mimiques que ne relevait Aeon uniquement du coin de l'oeil. Il jouait sur les mots, ou plutôt il jouait avec la carotte, faisant se tourner un regard ambre froid vers lui... Plus il serait satisfait, plus le palais serait proche ? Et bien, le Khan se contentait de pousser un soupire, qu'attendait-il d'un brigand, impérial de surcroît ?

- Notes que tu n’es pas le seul à te rapprocher du palais si les avantages le permettent.

Aeon avertissait, ils étaient en négoces, mais si les informateurs ne manquaient pas, les personne pouvant offrir des accès au sud étaient bien moins nombreuses. Cependant la conversation en continuait pas tout de suite, le tenancier s'invitant à cette réunion mais comprenant vite qu'il n'était pas le bienvenue. Aeon ne disait rien, se contentant de faire un mouvement de la tête, comme pour le remercier de ne pas se mêler plus que nécessaire des affaires dans l'ombre de son auberge.

Ce petit incident passé, la conversation pouvait reprendre et l'homme proposait de parler affaire plus sérieusement à présent. Il disait que les informations étaient des choses qu'il pouvait donner, mais que l'Impératrice ne donnerait pas son pardon. Il ajoutait finalement que ce qui l'intéressait était la pègre de Mukeshin, au-delà de toute chose. Aeon était curieux... Pourquoi ? Eh bien... Ca ne le regardait pas, mais il avait au moins quelques réponses à donner.


- N'importe quel enfant secouant une hache est craint, s'il dispose de la couronne.  Mais la colère d'un empereur est une chose qu'il vaut mieux éviter en effet.... Bien, je vais te parler de la pègre Mukeshin.

Il prenait une pause, réfléchissant à ce qu'il pouvait dire. L'homme en face de lui devait s'en douter, mais le travail d'un Khan n'avait aucun lien avec la pègre, le Khan était la plus haute instance militaire, l'homme capable de diriger les hordes désorganisés de Mukesha, et ce n'étaient pas les liens sociaux qui permettaient ça, mais ses prouesse militaire... Aussi ses connaissances sur la pègre se résumaient à ce que les chef de clan savaient.

- Bien que nous ne nous en vantons pas, la corruption à Mukeshin à énormément d'impact, l'or ouvre des portes, bien que la tendance s'inverse depuis quelques temps... De nombreux lieux à Mukesha restent plus réceptifs à la corruption qu'à la couronne. Pour preuve, la guilde marchande dispose d'un pouvoir proche de celui de la couronne, mais cela ne t'intéresse sans doute pas, de prime abord du moins.

Bien sûr, Aeon savait que ces informations pourraient changer de main, mais ce n'était pas très grave... Les impériaux se moquaient déjà de l'armée Mukeshin, s'il pouvaient encore plus sous estimer le pays des nomades, alors il ne ferait qu’une bouchée de leurs légions. Pour le moment le sujet n'était de toute façon pas ici. Sortant des dango de sa toge, disposés dans une boite quelconque, il se mit à grignoter tranquillement.

- Bien sûr, nous ne sommes pas oisifs avec la pègre. S'ils ne se montrent pas discrets et qu'ils se contentent d'êtres des coupe-jarrets, ils finissent souvent par ne pas avoir le temps de regretter leur vie. Contacter les réseaux les plus profonds n'est donc pas évident, de même pour obtenir des informations sur eux.

Il n'aimait pas le dire, mais ce n'était pas facile de déloger les sources de la corruption, ils étaient malins et de vraies anguilles... Une info qui allait sans doute apprécier, mais qui restait vague... Il ne devait pas jouer toutes ses cartes maintenant.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 17 Aoû - 20:44
De toute évidence la corruption en Mukeshin existait tout aussi bien qu'en Aelius. Une bonne nouvelle en soit. Néanmoins certains des propos de son interlocuteur ne lui avaient pas plu. Il devait noter n'être pas le seul à se rapprocher du palais dépendant des avantages ?
En voilà un avertissement amusant venant d'un commandant en plein territoire ennemi.

Greshym garda néanmoins le silence, réprouvant sa grimace d'agacement. Son crâne recommençait à le faire souffrir. Et avec la douleur, une soif de violence débordait de chaque pore de sa peau. Son regard se fit soudain bien plus sombre et cruel. Son sourire narquois s'effaça. Il planta son regard dans celui ambre froid du Khan.

- Ne vous moquez pas de moi, vous êtes le commandant d'une armée qui j'en suis sur se trouve être bien plus puissante que ce que l'impératrice et ses chiens peuvent bien penser. Je suis assez proche de vous pour littéralement sentir le dégoût que je vous inspire.

Il marqua une pause, tachant tant bien que mal d'oublier sa douleur. Ces négociations étaient importantes.

- Vous détestez tout ce qui peut s'approcher de mon domaine. Aussi je pense que si vous aviez quelqu'un d'autre sous la main il serait assit à ma place en ce moment.

Chaque bruit, chaque chuchotement lui causait une souffrance toujours plus intense. Il sentait son pouvoir bouillir dans son esprit. Il mourrait d'envie de couper ce Khan en morceau, de lui arracher ses jolies petits yeux indifférents. Puis il pourrait se charger de ces sous hommes qui passaient leur temps à boire dans cet endroit déprimant de joie de vivre.

- Velm est une citée qui comme vous le savez certainement, n'est pas très favorable à l'impératrice.
Cependant, elle ne l'est pas plus envers ton royaume. Et tu es commandant. LE commandant.


Greshym se leva d'un bond ne faisant aucun cas de son fauteuil tombant à la renverse.

- Si je me mettais à crier votre identité dans cet établissement, et malgré la faible emprise impériale dans cette citée, combien de temps faudrait il avant votre arrestation ? Je ne doute pas que vous soyez un guerrier d'exception ne vous méprenez pas. Mais vous êtes aussi un stratège, suffisamment intelligent pour savoir que vous n'avez aucune chance seul contre une entière garnison.

Reprenant sa chaise il se rassit pour souffler, sa migraine était toujours présente mais il commençait à reprendre le contrôle.
Il fixa de nouveau le Khan.

- Soyons donc sérieux quelques instants, Je veux des noms. Qui dirige vos pègres, ou leurs lieutenants, qu'importe du moment qu'ils en font partie. Et bien sur, je veux votre assurance que lorsque je le désirerais vos portes me seront ouvertes.
Pour conclure, je te demanderais quelles informations souhaite tu connaître.
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Jeu 18 Aoû - 21:11
L'expression de l'homme changeait soudainement, plus sombre... Et bien comme la majorité des criminels en fait. Le Khan le regardait mais ne réagissait pas, restant stoïque, inexpressif, pas impressionné par un sou, il ne se sentait pas en danger, pas plus qu'impressionné. Il était en revanche assez malin malgré son acidité, effectivement, l'armée impériale sous-estimait fortement l'armée du Khan, mais c'était mieux ainsi, il n'allait donc rien dire qui puisse validé ou réfuter son affirmation, il passait ensuite à des affirmations auxquelles l'homme ne réagit pas, une fois encore. Soudain, des menaces et des demandes. Le Khan poussait un long soupire blasé.

- Sais-tu ce qu'est le Iaido ? L'instant où un début de hurlement sortira de ta gorge, ta tête sera séparée de ton corps et je serai loin avant que la garnison ne boucle Velm, ils sont organisés, mais pas magiciens.

Les menaces envers le Khan ne fonctionnaient pas. Il était dans un pays ennemi, et alors ? Ce n'était pas la présence de la garnison qui l'empêcherait de montrer au brigand pourquoi Aeon était appelé la lame divine de Chi... Et ce surnom n'était pas que de l’esbroufe. Mais le but de la rencontre était autre, il n'avait aucun intérêt à tuer un criminel qui n'était même pas présent à Mukeshin, ni même d'affronter la garnison fut-ce partiellement.

- Avant de me menacer, n'oublies pas que si je deviens ton ennemi, Mukesha sera scellée à tout jamais pour toi, au mieux.

Il remettait les choses à leur place. Il n'était qu'un brigand, la simple présence du Khan pour lui était déjà une chose miraculeuse, alors il ne fallait pas pousser mémé dans les orties. Il en revenait à songer aux dernières demandes faites par l'homme, il exigeait des noms... Le Khan ne semblait même pas réfléchir à la question.

- Si je connaissais le nom du chef de la pégre, il serait mort depuis longtemps. En revanche en supposant que tu puisse accéder à Akishino, vas-donc chercher du côté des chausses-trappes, de nombreuses guildes mafieuseq s'y trouvent, c'est le point névralgique de tous les trafiques.

En temps normal, les escortes et surveillances ici était fines, si quelqu'un rencontrait la pègre il y avait de forte chance qu'il soit surveillé à l'instant où il quitterait les bas-quartiers, mais dans le cas ou un arrangement serait trouvé, la surveillance se ferait plus fine. C'était à lui de voir ce qu'il comptait faire de cette information, en tout franchise contrairement à ce qu'il pensait, ce n'était pas si dur d'avoir des informations sur l'Empire, nombreux étaient ceux qui fuyaient la tyrannies, notamment ces chers mages.

- Et je ne promets rien pour l'instant, je t'ai beaucoup dit mais je n'ai rien entendu d'autre que des menaces, ça ne me donne pas vraiment envie de te donner les clé du Mukesha. Changeons le sens du vent, dis moi ce que tu sais sur l'Impératrice, ou toute information qui te semblerait en ta possession et pas celle de Mukesha, et j'y réfléchirai plus sérieusement, comme tu dis.

Un sourire moqueur sur le visage du Khan, un premier sourire... Il avait menacé et demandé du sérieux, fort bien, ses propres propos se retournaient à présent contre lui. C'étaient des négoces certes, mais aucun des deux camps n'avait d'ascendance sur l'autre, il n'avait aucune raison d'accepter les conditions du criminel sans sourciller, de même que le criminels n'avaient aucune raison de dire ce qu'il savait... Le deal était loin d'être bouclé pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Escapade nocturne dans l'ombre de Velm (pv Greshym)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "Une vie dans l'Ombre" ...
» Nuage Nocturne - Dans la nuit noire Tôt ou tard Va briller un espoir Et germer ta victoire
» Dans l'ombre du general Massu, par Marc Desaphy
» Femme de gendarme dans l'ombre : faut s'exprimer
» Mikael Hartman ~~ ce chuchotement dans l'ombre derrière toi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HYPERION :: Empire Aelius :: Sinople :: Velm-
Sauter vers: